Préparez-vous !

Par : Grandin

Rangé derrière le siège arrière, j’ai un sac de sport avec des vêtements de rechange, des chaussures, un blouson supplémentaire et des articles supplémentaires pour la gestion de la vessie. Pour les problèmes mécaniques – outre ma roue de secours – j’ai un kit d’outils de base, un petit cric hydraulique au sol, une paire de câbles de démarrage, quelques fusées éclairantes, un bidon d’eau et une lampe de poche. Je garde aussi une petite lampe de poche dans la console de ma camionnette. Je ne quitte JAMAIS la maison sans mon téléphone portable au cas où j’aurais besoin d’une assistance routière . Il semblerait donc que je sois prêt à faire face à la plupart des imprévus normaux que je pourrais rencontrer en cours de route.

Je suis récemment devenu membre d’un nouveau groupe de musique, où je joue de la guitare et je chante. Nous nous entraînons un soir par semaine à partir de 19 heures. Étant donné que nous commençons si tard, nos pratiques durent souvent bien au-delà de minuit. Cela ne me dérange pas, car je suis un oiseau de nuit. Cela ne me dérange pas non plus de conduire la nuit. J’ai fait cela la plupart de ma vie. Le problème, c’est que je vis seul à la campagne, à une vingtaine de kilomètres de la ville. En rentrant chez moi au petit matin, les routes peuvent être assez calmes avec très peu de circulation.

Permettez-moi de vous raconter ce qui s’est passé lors d’un de mes récents trajets en voiture vers mon domicile. Ce soir-là, notre entraînement a duré jusqu’à environ 2h30 du matin. C’était en hiver la température était au plus bas, assez froide pour que je portais un t-shirt à manches longues et un pull en laine polaire. J’ai réchauffé mon fourgon, j’ai chargé mes guitares et d’autres équipements puis je suis rentré chez moi. Mon trajet de retour depuis notre baraque d’entraînement est d’environ 35 kilomètres, il me faut donc environ 40 minutes pour rentrer chez moi. Les deux premiers tiers du voyage se sont déroulés sans incident. En sortant de la ville, j’ai commencé à remarquer que mes lumières semblaient plus faibles que la normale. Je me suis dit que c’était juste à cause du phare cassé dont j’attendais les pièces pour le réparer. Je n’ai pas de jauge de tension dans mon fourgon, juste une lumière idiote et elle n’était pas allumée. Tout semblait normal, alors j’ai continué ma route. Mais mon “6e sens” me donnait des picotements, car les lumières semblaient s’assombrir. Alors que je traversais un ruisseau, une lumière s’est éclairée sur mon tableau de bord. C’était le voyant de mon moteur de contrôle. J’ai conclu que j’avais un problème à cause de la baisse de luminosité des phares. La lumière de tension s’est finalement allumée. À ce moment-là, j’étais à environ 8 kilomètres de chez moi et à 11 kilomètres du dépanneur ouvert le plus proche. J’ai alors décidé que ma meilleure option était de continuer vers la maison, étant donné l’heure tardive et les expériences passées avec ce type de panne mécanique. Pour moi, c’était évident que j’avais un problème avec mon alternateur, qui charge la batterie. Pour ceux qui ne sont pas branchés mécanique, si l’alternateur tombe en panne, la voiture continuera à décharger la batterie jusqu’à ce qu’elle soit vidée de toute son énergie. Ensuite, la voiture cessera tout simplement de rouler.

À partir de là, les choses se sont mises à mal tourner assez rapidement. Je n’avais que trois virages à gauche à faire pour me mettre dans mon allée. Au premier virage, mes engrenages de transmission ont commencé à changer de vitesse de manière incorrecte. Je suis resté en deuxième vitesse. Elle tournait à un régime plus élevé que la normale, mais je continuais à descendre. Les lumières devenaient assez faibles, mais j’étais sur une petite route secondaire et je ne me souciais pas des autres véhicules. Juste avant que je ne prenne le virage suivant, le moteur s’est mis à bafouiller et s’est déchargé. J’étais à 3 kilomètres de chez moi. J’ai pris le deuxième virage. J’ai pris la route qui mène à mon quartier (que je connais comme ma poche). J’ai éteint mes phares car ils étaient presque éteints de toute façon. J’étais à 1,5 km de chez moi. De ce virage à ma maison, il y a deux montées, alors j’ai accéléré autant que j’ai pu. J’ai donc accéléré autant que possible. Si j’arrivais à franchir la première montée et que le moteur s’arrêtait, je pourrais rouler en roue libre jusqu’à l’allée d’un ami. Je croyais que j’allais réussir à franchir cette colline. Je disais à voix haute : “Je pense que je peux… Je pense que je peux !” mais hélas, ce ne fut pas le cas.

Le moteur s’est arrêté juste avant que j’aie atteint le sommet de cette colline et, malheureusement, il se trouvait à un endroit où je ne pouvais pas m’arrêter complètement sur le bord de la route. Pire encore, l’accotement s’est effondré dans un fossé! L’arrière de mon fourgon s’est donc enfoncé d’environ un pied et demi dans la route et il y a eu un virage à l’approche de la route. Si quelqu’un dans une voiture qui s’approchait ne faisait pas attention, la situation pouvait être mauvaise. (Voici un conseil que j’ai reçu d’un de mes amis qui est dans les forces de l’ordre. Si vous vous trouvez dans une situation de panne ou d’accident et que vous ne pouvez pas sortir complètement votre véhicule de la route, appelez le 17 et dites-leur que vous êtes en panne et que votre voiture est en “OBSTRUCTION DE TRAFIC”. De toute évidence, ces mots élèvent le niveau de sérieux avec lequel ils prennent votre situation).

Après avoir passé cet appel, j’ai pris ma lampe de poche sur la console. Elle n’était pas là ! D’accord. J’ai toujours une lampe torche dans ma sacoche. Je l’ai retirée et j’ai commencé à regarder autour de moi. J’ai regardé dans ma boîte à gants. Pas de lampe torche. J’ai regardé dans les poches latérales de la porte. Pas de lampe de poche. Les clignotants d’urgence s’allumaient à peine. J’ai commencé à m’inquiéter davantage. J’étais dans une mauvaise passe. Je voulais tenter d’aller sur le siège arrière et chercher la lampe de poche qui s’y trouvais. Mais Non ! Mon siège électrique ne bougeait pas. J’étais coincé !

J’aurais voulu sortir par la porte de devant ou j’aurais voulu démonter mon fauteuil roulant et le remonter par la porte côté conducteur, ce qui m’aurait mis sur la route. Mais ce n’était pas une bonne idée. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à réaliser à quelle vitesse la température dans le fourgon baissait sans le chauffage. Je me suis dit que je pourrais mettre mon manteau supplémentaire. Il était derrière le siège arrière et je ne pouvais pas transférer sans que mon siège électrique ne fonctionne. Tous mes articles d’urgence, mes fusées de détresse, mes vêtements de rechange et ma lampe de poche étaient inaccessibles.

Finalement, j’ai vu les lumières d’une voiture qui approchait par derrière, alors j’ai ouvert la porte côté conducteur (autant que possible) et j’ai commencé à faire clignoter ma lampe de poche dessus, car mes clignotants d’urgence s’étaient complètement arrêtés. Je ne me souviens pas d’avoir jamais été aussi heureux de voir des lumières bleues clignotantes et brillantes s’arrêter derrière moi, mais cette fois-ci, c’était le cas. C’était une adjointe du shérif et elle était très gentille et accommodante.

Comme je n’avais plus à me soucier de la circulation, j’ai sorti mon téléphone et j’ai appelé la compagnie d’assurance pour me renseigner sur les conditions .

” À propos, je suis en fauteuil roulant, donc vous devrez prendre des dispositions pour vous occuper de moi. ” Silence sur la ligne. “Donc vous êtes en fauteuil roulant. Pouvez-vous vous lever ?” “Non. Je peux me transférer dans un autre véhicule tant qu’il n’est pas trop haut.” La plupart des véhicules sont trop hauts pour y être transférées et j’avais déjà discuté de la façon dont ils gèrent ce genre de situation lorsque je me suis inscrit dans cette compagnie d’assurance. Ils m’avaient dit qu’ils enverraient un véhicule accessible aux fauteuils roulants avec l’épave pour prendre en charge les membres en fauteuil roulant, lorsque je les avais interrogés sur ce service. “Eh bien, monsieur, vous avez raison. Nous offrons un véhicule accessible aux fauteuils roulants pour les membres qui en ont besoin, mais ce service n’est disponible qu’entre 8h et 21h. Eh bien, VOILA ! !! Merci mais je vais agir autrement cette fois-ci.

Pour faire court, non seulement ma lampe de poche a disparu, mais mon câble de démarrage a également disparu. Oh, oui. Je m’en souviens. Ils ont été retirés pour faire démarrer le bateau il y a une semaine. “Officier, avez-vous des câbles de démarrage que nous pourrions utiliser pour recharger ma batterie avec votre croiseur ?” A quoi elle a répondu : “Je suis désolée mais je n’en ai pas dans ce croiseur.”

J’ai détesté le faire mais j’ai fini par devoir appeler mon pote, Sébastien, pour qu’il sorte de son lit confortable et chaud et qu’il vienne m’aider à rentrer à la maison. Il a apporté des câbles de démarrage et nous avons laissé ma batterie se recharger pendant environ 10 minutes.

En passant, alors que nous attendions que ma batterie se recharge, un autre adjoint est arrivé. Il s’est approché et la première chose qu’il a dite a été : “Avez-vous reçu le nouvel autocollant pour votre étiquette ? Celle-ci est périmée.” VOUS VOUS MOQUEZ DE MOI ? Mon anniversaire était il y a 6 jours et je n’avais pas renouvelé mes étiquettes avant la fin du mois. (Il allait en fait me donner une amende mais le premier adjoint l’en a dissuadé).

Après avoir chargé ma batterie avec la voiture de Sébastien pendant 10 minutes, nous avons fait un essai et elle s’est mise en marche. Le gentil adjoint m’a suivi avec ses projecteurs qui éclairaient le chemin pour que je n’aie pas à allumer mes phares. Cela m’a permis d’arriver à la moitié de mon allée avant qu’elle n’arrête à nouveau de rouler. Nous avons branché les câbles de démarrage et nous avons rechargé pendant environ 10 minutes, ce qui m’a permis de terminer le trajet jusqu’à la maison.

Les leçons apprises… Placer les articles de dépannage d’urgence là où je peux les atteindre sans que le courant ne soit branché sur mon siège de conducteur. (Lampe de poche de taille normale, fusées de détresse, manteau ou couverture). Soyez en sécurité et tenez-vous prêt !

Laisser un commentaire

(0 commentaires)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Isialys - société à responsabilité limitée de droit français situé à Saint Barthélémy d'Anjou (49124), 41 rue Maurice Geslin - tel 0241870312 – email : service.client.isialys@bd.com (« Isialys ») traitera vos données personnelles comme décrit dans la Politique de confidentialité figurant sur le site Internet de isialys.fr (Isialys.fr/politiquecon-fidentialité).
Pour pouvoir vous rappeler, Isialys devra traiter certaines données personnelles. La loi européenne en vigueur sur la protection des données exige que vous donniez votre consentement pour qu’Isialys puisse traiter vos données personnelles afin de pouvoir vous rappeler.
Vous donnez votre consentement figurant ci-dessous de manière entièrement volontaire. Vous pouvez révoquer votre consentement à tout moment en envoyant une note à cet effet à service.client.isialys@bd.com ou par téléphone au 02.41.87.03.12. Cette révocation entrant en vigueur à réception. La révocation d’un consentement n’affecte pas la légalité du traitement des données de manière rétroactive

Je consens à ce que Isialys me contacte par téléphone et consens au traitement par Isialys de mes données personnelles afin d’effectuer cette demande de rappel.