L'agonie de la douleur chronique

L’agonie de la douleur chronique

L’agonie de la douleur chronique. 25 février 2011 : Un horrible accident de voiture m’a valu une lésion de la moelle épinière, une hanche et un bassin brisés.  Une plaque de métal et des vis ont été posées pour stabiliser ma hanche et mon bassin. Au fil du temps, la douleur est devenue plus intense malgré les traitements.

“Malgré la douleur, je reste enseignante à temps plein, une épouse et je participe à l’éducation de mes deux enfants.”

Certains se posent des questions sur la façon dont je gère tout cela et la douleur. Rester occupé est en fait une diversion pour moi. J’essaie de rester concentrée sur ce que je fais en ce moment.

Les nuits et le temps pluvieux ou froid restent toujours les pires. La douleur est souvent si forte durant la nuit que je me lève littéralement et vais m’asseoir dans mon allée à 2 heures du matin pour éviter de réveiller ma famille avec mes grognements. C’est si grave que je tombe physiquement malade et que je vomis.

L’année dernière, mon neurologue était très optimiste et pensait que si nous enlevions une partie de vis implantées dans mon dos, cela pourrait me soulager la hanche et mon articulation. Je suis entré en clinique avec un optimisme prudent, pensant qu’après presque huit ans de douleurs atroces, ce serait la solution.

“Le matériel a été enlevé. L’opération a été un échec.”

Je continue de souffrir. En ce moment, j’essaie une solution plus homéopathique en suivant un régime anti-inflammatoire pour diminuer la douleur chronique. Et je vais voir un professionnel pour m’aider à faire face à la douleur émotionnellement et mentalement.

J’ai tenu à garder le silence sur une bonne partie de ma douleur. Mais j’ai décidé de m’ouvrir et de partager mon expérience avec les autres. Je continuerai ce voyage avec l’amour et le soutien de ma famille et de mes amis. Voici une citation que ma chère amie Caroline m’a fait partager. Je pense qu’elle en dit long sur ce que la douleur peut faire à l’esprit, au corps et à l’âme.

” Partager vos histoires concernant la douleur insupportable et les moments difficiles et sombres qu’elle vous a fait vivre, tout en continuant à persévérer et à chercher des moyens d’y faire face. Non seulement cela aidera les gens à se sentir moins seuls dans leur souffrance, mais cela pourrait aussi sauver une vie. Vraiment. Maria, l’image visuelle que j’ai eue quand tu as parlé d’aller vomir dehors pour ne pas déranger ta famille est difficile à décrire”.

N’ayez aucune crainte ou honte de partager votre souffrance car, comme l’a dit Caroline, cela pourrait sauver une vie.  Faites appel à votre famille, à vos amis et à vos médecins.  Ils sont là pour vous aider et vous soutenir pendant cette période.

Maria

Note de la rédaction : Maria a reçu le prix 2013 de l’enseignant de l’année pour le district scolaire dans lequel elle enseigne.

Comment avez-vous trouvé ce contenu ?

Nous sommes désolés que ce contenu ne vous ait pas plu

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cela ?

Laisser un commentaire

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *