Aviron

L’aviron adapté

L’aviron adapté. Lorsqu’on m’a demandé pour la première fois de venir pour essayer l’aviron adapté (ou le para-aviron comme on l’appelle communément aujourd’hui), j’étais hésitante. De l’eau. Bateau. Je n’étais pas sûre que ce soit une bonne combinaison.

Ma première fois

Le premier matin où je suis monté dans un bateau, j’étais nerveuse. J’étais dans un double (une godille pour deux rameurs) et ma partenaire non handicapée, Anne, m’a expliqué les bases de l’aviron. Lorsque je suis sorti du bateau ce matin-là, je savais que j’avais trouvé mon sport.

Après cette première journée sur la rivière, je suis revenu semaine après semaine, année après année. Mes entraîneurs ont modifié l’équipement pour qu’il fonctionne. En tant que quadriceps, j’utilise des gants qui enveloppent et maintiennent mes mains autour des avirons. J’utilise également une sangle de poitrine qui s’enroule autour du siège fixe pour me maintenir en position assise droite et équilibrée. Comme je ne peux pas “plumer” les avirons, nous avons trouvé un moyen de les maintenir en position stationnaire. Au fur et à mesure que je devenais plus forte, j’ai pu passer de l’aviron avec les “cuillères” plus légères aux “hachettes”, puis de l’aviron avec un partenaire à l’aviron en solo. J’ai finalement progressé vers une godille de style paralympique, plus légère et plus étroite que les coquilles de loisir.

Je ne rame pas pour la compétition, même si j’ai participé à diverses régates. Je rame pour être libre. Pour profiter d’un entraînement incroyable. Être dans la nature. Me pousser plus loin que ce que je pensais être possible.

Ma première course

En octobre 2014, mon partenaire d’aviron et moi avons réalisé notre première course de tête de 5000 m. Les conditions étaient difficiles : l’eau était un peu agitée et le vent de face jouait contre nous. Mais nous avons réussi. Quelle est la prochaine étape ? Mon entraîneur est en train d’installer un ergomètre (c’est-à-dire une machine à ramer – ou un “instrument de torture”, comme je préfère l’appeler) chez moi pour que je puisse rester en forme pendant l’hiver. Nous verrons ce que l’avenir nous réserve.

Je dois féliciter les entraîneurs et les bénévoles qui prennent le temps de transporter le bateau jusqu’au quai, d’aider à installer l’équipement, de me transférer dans le bateau et de sortir dans une vedette à mes côtés pour ma sécurité. Sans eux, rien de tout cela n’est possible.

Pour tous

Vous vous demandez peut-être qui peut ramer. La diversité de notre programme d’aviron est l’une des choses que j’aime dans l’aviron adapté. Nous avons accueilli des personnes atteintes d’infirmité motrice cérébrale, de spina-bifida, de lésions de la moelle épinière, de sclérose en plaques, d’amputation, du syndrome de Down, de déficience visuelle et de déficience intellectuelle. C’est un groupe de personnes formidables et cela vaut la peine de se lever tôt un samedi matin pour ramer et passer du temps avec ces amis.

J’ai récemment lu une citation qui m’a immédiatement interpellée et qui résume ce que l’aviron représente pour moi. La citation est de George Yeoman Pocock dans The Boys in the Boat de Daniel James Brown.

“C’est un grand art, l’aviron. Le plus bel art qui soit. Une symphonie de mouvements. Et quand vous ramez bien, c’est proche de la perfection. Et quand on approche de la perfection, on touche le Divin. Il touche ton “toi”. Qui est ton âme.”

Oui. C’est ce que l’aviron est pour moi.

Jenny

Comment avez-vous trouvé ce contenu ?

Nous sommes désolés que ce contenu ne vous ait pas plu

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cela ?

Laisser un commentaire

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *