Chasser

Chasser avec une LME

Chasser avec une LME. La saison de la chasse au cerf est ouverte et j’ai finalement pu chasser pour la première fois à la mi-novembre. J’ai eu un début de saison de chasse frustrant cette année.

Poisse °1

Mon principal véhicule de chasse, qui est un van Chevrolet G20 de 1992 (acheté sur eBay il y a 5 ans) a un problème avec les portes latérales à ouverture automatique. Malheureusement, la réparation va me coûter 1400 €. Je n’ai payé que 1 700€ pour la camionnette, ce qui rend ma décision sur cette réparation difficile à justifier.

J’ai aussi mon pick-up Ford F150 4×4 que j’avais avant mon accident. Je l’ai fait équiper pour pouvoir continuer à me rendre dans les bois. À la mi-novembre, j’ai été invité à chasser avec mon ami Chris, qui a la gentillesse d’ouvrir son terrain de chasse aux personnes handicapées quelques fois par an. J’ai été invité à chasser l’après-midi. C’était une excellente occasion d’apporter mon poste de levage hydraulique afin de pouvoir observer une grande coupe à blanc. Vêtu d’un camée de la tête aux pieds, j’ai accroché la remorque au camion, chargé mon équipement et me suis installé sur le siège avant, anticipant une belle journée a chasser le chevreuil.

Poisse n°2

La première chose qui s’est produite est c’est cet affreux cliquetis que vous obtenez lorsque vous tournez la clé et que la batterie n’est pas assez forte pour démarrer le moteur. En plus mon camion était garé de manière à ce que je ne sois pas en mesure d’accéder à la batterie. Dieu merci, j’ai de bons amis ! J’ai appelé mon pote, Steve. Une fois ce premier problème résolu, je suis parti pour un trajet de plus de 60 Kms. J’avais un peu plus d’un quart de réservoir d’essence. J’ai décidé d’attendre d’être sur le chemin du retour pour faire le plein.

Poisse n°3

Une chasse accessible en hauteur rendue possible par un poste de levage hydraulique.

C’est une remorque qui fonctionne également comme une remorque à 4 roues. Si vous connaissez un peu la traction d’une remorque mal équilibrée, vous savez qu’elle ne se remorque pas bien. Tout était normal jusqu’à 80Km/h, mais dès que la vitesse a dépassé cette vitesse, la remorque a commencé à se tortiller d’avant en arrière, d’un côté à l’autre. Le voyage allait être lent.

Poisse n°4

Plus loin sur la route, j’ai rencontré Chris et Bobby, à la location de chasse. Alors que nous roulions sur le chemin de terre, mon témoin de bas niveau de carburant s’est allumé et j’ai commencé à entendre ce bruit inquiétant de métal sur métal chaque fois que j’appuyais sur la pédale de frein. Tu te moques de moi ! Peut-être qu’il y a juste un peu de sable dans les plaquettes de frein… Bon, elle s’arrêtait bien alors j’ai décidé de m’occuper de ça plus tard ! Il n’y avait rien que je puisse faire à ce moment-là de toute façon.

L’installation de mon spot de chasse est quelque chose que je peux faire moi-même, mais cela prend beaucoup moins de temps lorsque je suis aidé. Ce voyage lent nous a fait prendre un peu de retard. Nous avons décidé de laisser la remorque accroché à mon camion et de l’installer sur une ancienne aire de chargement d’une entreprise forestière.

Poisse n°5

Tout mon équipement était organisé. J’ai appuyé sur le levier UP pour prendre de l’altitude. Le stand est relativement silencieux jusqu’à ce qu’il atteigne environ la moitié du sommet, puis il commence à grogner un peu. Je me suis arrêté quelques fois et j’ai poussé le levier en position DOWN pour m’assurer que tout fonctionnait comme il le fallait. Une fois tous les tests terminés, je suis passé à l’altitude maximale. Lorsque le store arrive au sommet, le moteur ne s’arrête pas. J’arrête simplement de me déplacer vers le haut.

J’avais une bonne vue et j’étais confiant dans mes chances de voir des cerfs. À ce stade, il était temps de se taire, mais j’ai décidé de faire un dernier test avec le système hydraulique et j’ai poussé le levier dans le seul sens où il pouvait me faire bouger, c’est-à-dire vers le bas. Pour descendre, il suffit d’utiliser la fameuse loi de GRAVITÉ de Newton. Ce qui monte doit redescendre ! N’est-ce pas ? Eh bien, pas ce jour-là. Rien ! Aucun mouvement vers la terre ferme ! J’ai essayé le levier plusieurs fois de plus. Je me suis tortillé d’avant en arrière. J’étais là-haut et il semblait que c’était là que j’allais rester pour un moment. Oh, bien. Autant chasser.

Tout est prêt et je profite de ma journée.

C’était un bel après-midi pour la chasse avec un ciel bleu clair. J’étais soleil mais ce n’était pas un problème et j’ai finalement pu profiter d’un magnifique coucher de soleil. Je n’ai vu que des oiseaux, quelques écureuils à la queue touffue et quelques buses en plein vol. Peut-être étaient-ils simplement optimistes en pensant que je pourrais rester coincé là pendant un certain temps et devenir une collation savoureuse pour eux ! On ne marque pas à tous les coups. C’est pourquoi on appelle ça de la chasse et non du tir !

Je ne sais pas ce qui a changé pendant que j’étais assis là. Peut-être que c’était mon attitude qui avait été mise à rude épreuve par la batterie à plat, la remorque qui gigotait et qui exigeait un déplacement lent, les freins qui grattaient le métal contre le métal, la faible quantité de carburant et, oh oui, j’ai oublié de mentionner mon estomac qui grondait ! Il y a quelque chose dans un beau coucher de soleil qui adoucit le cœur d’un homme.

Poisse n°6

Il est temps de rentrer à la maison. Une fois la nuit tombée et après avoir déchargé mon fusil et l’avoir rangé dans son étui, j’ai décidé de faire un autre essai sur le stand avant que Chris ne retourne dans son camion. J’ai appuyé sur le levier de descente et, comme la pomme de Newton, j’ai commencé ma descente. Je me suis dit que les choses s’amélioraient et qu’à partir de là, tout irait bien. L’emballage de mon matériel a été un jeu d’enfant (avec l’aide de Chris). Le démontage du stand s’est fait facilement et j’ai été transféré dans le camion sans problème. Il était temps de rentrer à la maison. À environ 6 kms sur la route, mon voyant de température d’huile s’est allumé et mon indicateur de température d’eau est passé immédiatement de normal à CHAUD. À ce moment-là, j’ai commencé à me sentir frustré.

J’ai réussi à me rendre à la station-service. Mon ami, Chris, est arrivé peu après moi pour m’aider. Après avoir fait le plein, nous nous sommes arrêtés à un robinet d’eau et j’ai ouvert le capot. À ce stade, nous étions à environ 56 Kms de ma maison. Nous avons rempli ma cruche de sorte que nous ayons assez d’eau pour la route et nous avons pris la direction du nord-ouest ! Nous sommes retournés à ma maison en sautillant, nous arrêtant deux fois de plus pour l’eau. Le moteur n’a jamais vraiment surchauffé. Je ne dis pas que c’est la bonne façon de gérer une fuite de liquide de refroidissement, mais nous étions tous deux convaincus que la fuite était minime et que le moteur ne subissait aucun dommage.

Pour finir

J’ai donc descendu mon allée, les freins raclant le métal sur le métal, l’eau s’écoulant de sous le capot, pas de cerf dans la glacière. Je me suis garé à côté de ma camionnette dont les portes ne s’ouvrent pas et mon ventre grondait encore ! Pourtant, une journée à chasser dans les bois vaut mieux qu’une journée à la maison. Je dois admettre que même avec tous les défis, c’était un après-midi de chasse absolument génial. Et merci aux bons amis !

Grandin

Comment avez-vous trouvé ce contenu ?

Nous sommes désolés que ce contenu ne vous ait pas plu

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cela ?

Laisser un commentaire

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.