Rencontre avec David Wagner

Rencontre avec David Wagner

Rencontre avec David Wagner. Lorsque vous rencontrerez cette homme vous savez que vous n’oublierez jamais son teint bronzé et sa sympathie. Tétraplégique, David Wagner est médaillé d’or paralympique. Nommé meilleur tennisman en fauteuil roulant dans le monde et ce depuis 7 ans.  Laissez nous vous partager le récit de son histoire, de ses propres mots.

“Bonjour, je m’appelle David Wagner. J’ai une lésion incomplète de la moelle épinière, vertèbre C-6. Au cours de l’été 1995, après ma deuxième année à l’université, un de mes amis et moi avons décidé de faire un voyage en Californie. Nous avions prévu de surfer avec des amis.

“Nous étions en Californie depuis 3 jours lorsque ma vie a changé pour toujours.”

Redondo Beach est le cœur de la baie Sud de Los Angeles où de nombreux amateurs de sports se rendent pour prendre la vague parfaite. C’était un lundi. Mon ami avec qui je restais, devait travailler donc il m’a déposé a Redondo Pier. Je me souviens avoir jeté le frisbee dans l’océan puis couru vers lui.  Sur l’un des lancers, je me précipitais dans l’océan pour récupérer le frisbee et alors que je sautais dans la vague, elle se brisa et me frappa les jambes – pliant mon corps vers le bas comme un canif, me frappant la tête contre le fond de l’océan et brisant instantanément le cou. La sixième vertèbre s’est brisée dans mon cou en me laissant paralysé du cou jusqu’aux pieds.

“Je suis resté là, immobile, en position fœtale.”

L’océan a balancé mon corps mou. Mes amis, le long du rivage ont réalisé que quelque chose n’allait pas. Mon ami m’a attrapé et m’a déposé sur la plage où je me suis retrouvé incapable de bouger toute partie de mon corps. La peur de l’inconnu était instantanée parce que j’avais une idée concluante de ce qui s’était passait.

J’ai fait du sport toute ma vie. Je savais à quoi ressemblaient les blessures sportives et cela me semblait étrange. J’ai alors pensé qu’une raie m’avait piquée dans l’eau, paralysant temporairement mes extrémités inférieures. J’ai continué à attendre que mon corps récupère.  Au moment de l’impact, mes bras avaient aussi été paralysés. En me couchant sur la plage, je me souviens enfin de pouvoir bouger les bras. Je m’en souviens comme si c’était hier parce que j’ai réussi à protéger mes yeux du soleil avec mes bras. Quelques secondes plus tard, un sauveteur sécurisait ma tête et mon cou, puis les ambulanciers sont arrivés, m’ont placé sur une planche dorsale et m’ont transporté à l’hôpital.

“Ma vie avant la lésion médullaire était une vie passée en plein air.”

Je suis né à Fullerton en Californie et ma famille a déménagé dans le nord-ouest du Pacifique quand j’avais 2 ans. J’ai grandi dans le nord-ouest du pacifique et j’ai profité du plein air aussi longtemps que je me souvienne. Ma famille a d’abord déménagé dans l’Oregon depuis la Californie. J’ai passé 6 ans à Grant Pass. Ma mère et mon père ont divorcé quand j’avais 8 ans. Moi et ma soeur vivions à plein temps avec ma mère et allions voir mon père plusieurs fois au cours de l’année. Ma mère a décidé de retourner à l’école. Pendant ce temps, nous avons déménagé à Corvallis dans l’Oregon où ma mère a fréquenté la Oregon State University.

Après avoir été diplômée, ma mère s’est remariée et nous avons déménagé à Walla Walla, à Washington ou j’ai passé mes années d’adolescence. Après le lycée, j’ai étudié à l’université de Walla Walla pour obtenir un diplôme en éducation préscolaire. C’est au collège que j’ai essayé un autre sport, l’équipe de tennis masculine. Je n’avais jamais joué au tennis auparavant mais j’ai formé l’équipe et obtenu une bourse pour jouer au tennis. Je suis devenu accro au tennis et je suis tombé amoureux de ce sport. Et puis ce jour de l’été 1995 est arrivé.

Pendant que j’étais en rééducation, l’une de leurs activités était le tennis de table. J’ai vraiment apprécié ça. C’était très amusant et c’était quelque chose que je pouvais faire à nouveau avec mes amis valides. En 1999, j’ai vu une publicité pour une clinique de tennis en fauteuil à Beaverton dans Oregon et j’ai pensé – mon garçon, cela semble très amusant. J’aimais le tennis auparavant. A l’époque, je sortais avec une fille et nous pensions qu’il serait très amusant de s’entrainer pour ce camp où nous allions.

Quand j’ai commencé, je n’avais pas le matériel adéquat. Je jouais avec mon fauteuil de tous les jours (sans sangles) et je tenais ma raquette sans dispositif d’assistance en ayant les mains à moitié paralysées.

“Dès que la balle touchait la raquette, celle-ci jaillissait de mes mains et aucun moyen pour moi de l’en empêcher.”

Jamais tu n’y arriveras, le tennis n’est pas fait pour un tétraplégique… Voilà ce que j’aurais pu me dire. Mais ça n’a pas été le cas, je n’ai pas abandonné. Maintenant j’utilise du ruban athlétique adhésif, ce qui me permet de garder la raquette collée à ma main et ce pendant toute la durée de mes entrainements ou de mes matches (jusqu’à 3heures à ne faire qu’un avec ma raquette).

La clé c’est de vous adaptez. Vous faites avec ce que vous avez. C’est exactement ce que j’ai fait. Je n’ai pas laissé mon handicape m’arrêter. Mon amour était le tennis et je l’ai retrouvé – de manière adaptative.

Et voici le commencement de ma carrière de tennis.

David Wagner

Comment avez-vous trouvé ce contenu ?

Nous sommes désolés que ce contenu ne vous ait pas plu

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cela ?

Laisser un commentaire

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *