Les 10 commandements

Les 10 commandements du sportif de Haut niveau

« Ton réveil, le matin, tu ne détruiras point »

Il faut savoir se lever tôt pour pouvoir s’entrainer. Le rythme dans une journée de sportif est très important, il impose une rigueur et une régularité qui nous permet de progresser. C’est aussi ce rythme qui permettra d’obtenir des résultats et d’éviter la blessure.
En compétition, on se lève également tôt pour être prêt sur le terrain, prêt mentalement et physiquement, surtout quand on joue à 8h. Avec un match par jour pendant 7 à 10 jours, un bon rythme de sommeil est très important pour espérer gagner des matchs.

« Enfiler tes affaires de sport, 3 fois dans la journée tu t’obligeras »

La semaine d’un sportif est rythmée par les entrainements (souvent un ou deux par jour). Un sportif a aussi des obligations (comme travailler à côté). Il faut donc savoir jongler entre ses tenus de sport et de ville. Pour cela il y a deux techniques :

  • Ceux qui investissent dans des bouteilles de déodorant pour pouvoir s’embaumer après chaque entrainement et limiter l’odeur désagréable à un rendez-vous, au magasin ou au travail.
  • Ceux qui choisissent de prendre 2-3 douches par jour au gymnase ou chez eux avant de ressortir, en investissant plutôt dans de la crème pour la peau qui devient souvent sèche à cause du savon et de l’eau calcaire.

« De ton verre de vin rouge et du fromage tu te passeras »

Qui dit sport, dit bonne nutrition. Cela participe beaucoup aux résultats. « Un esprit sain dans un corps sain » : un sportif fait souvent attention à ce qu’il mange, pour la récupération et l’entrainement. Cela ne l’empêche pas de pouvoir se faire plaisir un soir ou de boire un verre d’alcool de temps en temps. Mais souvent avec modération, compensation et surtout jamais avant une compétition importante. La nutrition sera encore plus drastique pour les sportifs pratiquant des sports par catégorie de poids comme le karaté ou le judo.

« Ta robe de soirée tu oublieras »

Le sport est un mode de vie. Il apporte généralement beaucoup de bons côtés mais oblige également à faire des sacrifices. Lorsque des amis sortent le soir ou vont en boite de nuit, le sportif sera lui dans un gymnase pour s’entrainer, en compétition ou juste dans son lit pour se coucher tôt et être performant le lendemain. Il peut parfois se retrouver un soir chez des amis pour pouvoir profiter mais il sera souvent le premier à rentrer. Le sport demande aussi des sacrifices familiaux. La semaine étant prise par les entrainements et les week-ends par les matchs ou compétition, il arrive que l’on doive louper des repas de famille, un apéro chez un frère ou une crémaillère.

« Avec les copains, de bons moments tu passeras et des souvenirs impérissables tu garderas »

Une équipe, un club, une famille. Il arrive très souvent que nos coéquipiers deviennent nos amis, notre famille et cela, même dans les sports individuels. Nous passons beaucoup de temps entre nous, semaines comme week-ends. Cela permet de développer des affinités, des amitiés fortes et une complicité qui se retrouve sur le terrain et dans le collectif. Le sport nous permet également de voyager dans toute la France et dans le Monde. Découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux paysages et rencontrer des personnalités différentes fait partie du quotidien du sportif.

« Différents aliments tu découvriras »

Comme décrit juste au-dessus, le sport fait voyager. On découvre donc souvent de nouvelles recettes et façons de cuisiner en fonction des pays. Cela peut être très bon comme surprenant… surtout lorsque que l’on tombe sur des aliments et saveurs que l’on n’a pas l’habitude de manger. Il ne faut pas avoir peur d’être curieux et savoir prendre des risques. Il arrive quand même très souvent que l’on tombe sur de bonnes découvertes. Tous les sportifs du monde connaissent également le mythique « lunch-packet » : en compétition il arrive que nous n’ayons pas le temps le midi, de rentrer à l’hôtel pour manger. Pour des raisons pratiques, l’organisation nous met donc à disposition de petites box contenant une boisson, un fruit ou dessert, et un sandwich au goût souvent indéterminé. Il arrive que le pain du sandwich soit mou et face place à un troque entre coéquipiers, selon les arômes préalablement devinés.

« A la croissance économique du gaming tu participeras »

Il ne faut pas croire qu’un sportif soit sans cesse à droite à gauche. La majeure partie du temps est consacrée à la récupération. C’est également le cas en compétition. On passe donc beaucoup de temps à se reposer, chez soi ou à l’hôtel en attendant l’entrainement, le match ou le repas. Il faut donc pouvoir s’occuper pour ne pas penser sans cesse à manger. Un jeu de société, de cartes ou une bonne console de salon ou portable devient alors indispensable. Cela donne également lieu à des concours et paris, qui obligent souvent le perdant à pousser la chansonnette au repas.

« De ton oreiller tu ne te sépareras pas »

Un sportif ne comptera pas le nombre d’heures qu’il devra passer sur la route pour se rendre à un match, à attendre son vol à l’aéroport ou dans l’avion. Il faut savoir mettre à profit son temps d’attente et récupérer. Le sportif doit être capable de dormir n’importe où, n’importe quand et n’importe comment. C’est ainsi qu’un bon oreiller devient un réel atout. Surtout si l’on veut éviter les torticolis et autres tensions inutiles qui joueront sur la performance. Il faut aussi savoir que la plupart des camps d’entrainements avec l’équipe de France se font dans des CREPS où les lits sont souvent durs avec des traversins inconfortables. De plus, lors de nos voyages nous pouvons tomber sur des hôtels avec une mauvaise literie.

« Un bon forfait téléphonique tu achèteras »

La première requête du sportif qui arrive en compétition est souvent le mot de passe WIFI de l’hôtel. Les réseaux sociaux et le téléphone deviennent de plus en plus nécessaires pour garder un contact avec ses proches restés en France et pour promouvoir son sport. De plus, internet permet d’occuper les temps libres de récupération. Il faut donc penser à prendre un téléphone avec un bon forfait si on ne veut pas se retrouver à la fin du mois avec une facture salée.

« Faire pipi devant un inconnu tu accepteras »

Malheureusement le sport est victime du dopage et cela, même dans le Handisport. Pour combattre cela, le sportif doit décrire, auprès des instances de lutte contre le dopage, au maximum son emploi du temps pour que des contrôles inopinés puissent avoir lieu chez lui, en stage, en entrainement ou en compétition. Un contrôle anti-dopage se déroule en plusieurs phases : il faut d’abord choisir son kit avec le contenant pour l’urine et remplir plein de papiers avec signature. Il faut ensuite uriner devant une personne présente pour vérifier que l’on ne triche pas et que c’est bien notre urine dans le pot. Il arrive parfois que cela bloque le sportif ou qu’il n’ait pas envie d’uriner.

Cela donne lieu à des scènes assez loufoques : certains vont boire des litres rapidement, d’autres vont regarder des vidéos de chutes d’eau ou de bruits de ruissellement. Il arrive même que certains restent des heures assis dans un coin jusqu’à ce que l’envie leur vienne.

Verdin Sébastien

Photo : Baptiste Paquot

Comment avez-vous trouvé ce contenu ?

Nous sommes désolés que ce contenu ne vous ait pas plu

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cela ?

Laisser un commentaire

(0 commentaires)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *